Pourquoi cette école ?

 Durant toutes ses années d'enseignement au sein de l'Éducation Nationale, Élisabeth a fait évoluer ses pratiques pédagogiques (pour en savoir plus, lire : Qui fait classe ?) et elle a pu observer les effets de cette évolution sur le comportement des enfants, ce qui lui offrait de nouvelles pistes et entraînait ainsi un cercle vertueux.

 

Sophie cherchait un cadre respectueux et bienveillant pour ses filles. Elle s'est documentée sur les différentes possibilités d'instruire ses enfants et  a commencé peu à peu à découvrir les leviers naturels d'apprentissage et la capacité innée de l'enfant à se développer.

Le choix d'une école du 3ème type* s'est imposé avec le temps. Temps de recherche, de documentation, d'échanges. Temps d'observation des enfants avec ce nouvel éclairage.

 

L'enthousiasme déclenché par ces constats et découvertes nous pousse à créer une école dont le coeur est la motivation des enfants.

Les compétences se construisent en partant de ce qui les met en action, de leurs centres d'intérêts.

L'expérience solide d'Élisabeth permet une souplesse dans le choix des outils qui seront, selon les situations d'apprentissages, empruntés à une pédagogie ou à une autre (institutionelle, Freinet, Montessori, Steiner ou encore des pédagogies mises en place dans des pays comme le Danemark).

 


Nos convictions pédagogiques basées sur l'authenticité et le respect du rythme de chacun trouvent alors un nouvel élan qui nous a guidées pour créer une école et en être les actrices / inspiratrices au quotidien.

 

Notre volonté est de proposer aux enfants et aux parents une pédagogie respectueuse de l'enfant : ses centres d'intérêts, ses talents et son rythme dans une structure où l'individu et le groupe se construisent en complémentarité.

 

Notre école s'inscrit dans la diversité des approches éducatives d'aujourd'hui sans exclure ou privilégier une pédagogie plus qu'une autre. Mettre à disposition la plus grande richesse pour que les enfants trouvent les outils qu'ils s'approprieront facilement. La meilleure pédagogie est celle qui convient à l'enfant.

 

* Ce terme est emprunté à Bernard Collot. En résumé, il classe les écoles en trois types :

"On pourrait considérer que l'école avec ses niveaux les plus homogènes possibles, ses rangées d'élèves, avec un maître maîtrisant emploi du temps et progressions des notions à faire acquérir, progression des "exercices" destinés à faire acquérir  ces notions, avec des élèves exécutant le plus exactement possible des consignes pour obtenir des résultats parfaitement prévus, on pourrait considérer que cette école était celle du 1er type.

L'école du 2ème type serait celle de l'école des méthodes dites actives. Les élèves y sont moins passifs, la maître fait appel à leur motivation, au jeu, cherche par tous les moyens à rattacher son enseignement à la réalité. Les emplois du temps y sont plus souples, la progression des notions à acquérir devient moins linéaire ou plus relative. On parle de plus en plus de "compétences transversales". Mais l'enseignant reste l'ordonnateur de la classe, le distributeur des activités. C'est lui le véritable acteur.

Dans l'école du 3ème type, c'est la présence des enfants dans un groupe et dans un environnement réel qui entraîne les processus d'apprentissages et la construction des langages." Bernard Collot Décembre 1992

L'école du 3ème type découle des pédagogies actives et Freinet dont elle prolonge les logiques. C'est un espace de vie particulier à disposition des enfants mais aussi des adultes qui, comme les enfants, continuent d'évoluer, ont des besoins et des envies de connaissance.

C'est avoir confiance dans le développement naturel des enfants et leur permettre d'être et d'agir dans cet environnement propice aux apprentissages. C'est le passage progressif des apprentissages formels à l'informel.

C'est un système vivant : rien n'est figé, tout évolue, tout est en mouvement.

 

"Apprendre est une conséquence du faire, du pouvoir faire, de l'envie de faire. On n'apprend pas avant de vivre, on apprend en vivant" Bernard Collot (voir une de ses vidéos dans Référencess)